Votre portail sur la

prévention des risques

Le site incontournable pour les fonctions HSE, PME et PMI

Texte

Sureté et lutte contre la malveillance

Bonnes pratiques

Que ce soit en interne ou en externe, vous vous appuyez sur des personnels qui ont une formation orientée Sécurité ou Sûreté, rarement les deux. Le piège à éviter est ici : ne dissociez pas les deux démarches, n’ayez qu’une méthode et évitez d’appliquer des raisonnements différents.

Préférez les analyses systémiques aux analyses probalistiques…

La problématique de la menace (risques de pénétration, de vols de données, de dégradation, agression…) s’analyse au travers d’un raisonnement qui porte sur les risques et l’analyse des barrières existantes et à mettre en place. L’analyse de la menace correspond à un risque supplémentaire et demande la même approche globale, avec simplement une expertise spécifique, au même titre que l’analyse du risque incendie. Contrairement aux risques de survenance d’un incendie, les approches centrées sur un degré de fiabilité calculé, l’analyse probabilistique ne sont d’aucun apport sur un risque qui provient d’acte humain volontaire.

Un exemple client :

Une assurance demande à un industriel de protéger un stockage de palette en bois à l’extérieur de l’incendie. Il craint la propagation d’un incendie entre les palettes et un entrepôt essentiel en terme de continuité d’activité pour le site. Une analyse par modélisation du flux thermique confirme ce risque.

Une analyse systémique pose le problème différemment. En effet, l’application d’un raisonnement Source/flux/cible (méthode MOSAR avec le logiciel ASPHALES) démontre qu’avant de s’interroger sur les barrières à mettre en place pour empêcher la propagation, la vraie question concerne l’origine d’un incendie (source/flux). Dans ce cas, le scénario le plus probable est l’acte malveillant : la surveillance, protection du site est donc un élément essentiel dans le cadre d’un scénario majorant en sécurité incendie.

Regroupez les plans d’action…

La bonne pratique consiste à regrouper vos actions. En effet, les préconisations Sécurité/sûreté peuvent être diamétralement opposées, voir contradictoires.

L’exemple du risque industriel est parlant : la culture du risque industriel est construite autour de la transparence, le bon sens face à l’acte malveillant pousse à la discrétion sur les risques en présence.

Dans le même esprit, un agent de prévention a tendance à faire ouvrir les portes pour faciliter l’évacuation alors qu’un agent de sécurité a tendance à fermer les mêmes portes pour éviter l’intrusion… Deux cultures métiers s’affrontent et l’enjeu pour le décideur reste de prendre de la hauteur en intégrant simultanément les risques de toute nature.

L’exemple de l’accident de la Germanwings :

Après les attentats de 11/09/2001, une des barrières mises en place dans les avions consistait à protéger le pilote d’une agression en blindant la porte. Le 24 mars 2015, un avion de la Germanwings s’écrase : manifestement le pilote s’est suicidé. La porte blindée est mise en cause : elle a empêché le co-pilote d’intervenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Réponse gratuite sous 48h

* champs obligatoires

Centre d'appels

Vous avez une question plus précise ? Nous vous répondons par téléphone.

en savoir plus

Confiez-nous votre projet

Votre demande nécessite une étude plus approfondie ? Un expert POLARISC se déplace.

en savoir plus

Partagez vos expériences

Risques d'incendie, sureté, environnement...

Publiez vos cas

Vous avez des cas concrerts à faire partager...